Questions en matière de conversion

Combien de temps faut-il pour se convertir?

La conversion est un processus personnel qui dépend des progrès effectués par l’élève en train de se convertir. Cela prend de dix à douze mois. C’est le temps idéal pour le processus, pendant lequel la personne en voie de conversion s’imprègne de l’expérience des fêtes juives. Ce délai permet d’aborder le côté de l’étude et le côté pratique du judaïsme. A la fin des études, au moment de la prise de la décision conjointement par l’enseignant et l’élève, et en coordination avec l’émissaire du tribunal, un session sera fixée au tribunal concernant la conversion de celui-ci.

«Nous sommes sur le point de nous marier et j’ai découvert que je ne suis pas juive. Que fait-on?»

Une découverte brutale est une épreuve morale qui n’est pas simple. Nous vous conseillons de nous contacter et de nous consulter sur les différentes possibilités qui vous conviendront pour le processus. Il est clair pour nous que pour la prise d’une partie des décisions (comme: faut-il repousser le mariage? Par exemple), vous devrez vous arranger par vous-même. Nous serons à l’écoute et tenterons de vous aider à analyser la situation. Le processus de conversion est une décision que doivent prendre les deux futurs conjoints et qui ne peut être prise dans la précipitation ou dans une situation émotionnelle complexe. Il nous importe que vous sachiez que des solutions existent, mais il n’existe pas de solution miracle en un tournemain.

Votre conversion est-elle une conversion orthodoxe?

Absolument. La seule forme de conversion admise dans le pays et entérinée par les institutions étatiques et les autorités est la conversion orthodoxe. Les enseignants, chez Ami, studios pour une conversion personnalisée, sont d’obédience orthodoxe avec une vision sioniste religieuse, anciens élèves des écoles talmudiques sous contrat avec l’armée, (yéchivot hesder), et séminaires pour jeunes filles, (midrachot). Les juges du tribunal rabbinique spécialement désigné pour les conversions sont de tendance identique. De sorte que vous ne risquez pas de vous voir dispenser des enseignements (qui ne sont pas de la mouvance orthodoxe) qui risquent de vous embrouiller et de vous faire échouer, D. préserve, auprès du tribunal. Nous sommes les disciples du Rav Haïm Druckman, chelita, président du programme de conversion, et nous nous identifions avec son leadership et ses décisions rabbiniques.

En quoi vos studios différent-ils d’autres studios qui proposent un cursus d’études?

Il existe d’autres organismes qui proposent des études en vue de la conversion. Ami, studios de conversions personnalisées est le seul à proposer une diversité de parcours en mettant en avant la conversion adaptée à la personnalité, dans des petits groupes, sachant que l’enseignant est aussi la famille accompagnatrice de l’élève.

Est-il obligatoire d’avoir une famille d’accompagnement?

Les études pour la conversion se composent d’études théoriques et d’études pratiques qui sont une véritable expérience. La place de la famille qui accompagne est primordiale, car elle représente une fenêtre sur l’expérience du judaïsme à l’intérieur du foyer dans le sens vécu au quotidien.

Les juges du tribunal spécialisé dans les conversions veulent s’assurer que l’élève progresse non seulement sur le plan des études mais aussi sur le plan de la pratique. La famille accompagnatrice, qui viendra également avec le candidat quand il se présentera devant le tribunal, aide les juges à obtenir une vision complète de la situation. Les studios de conversion individuelle représentent une nouveauté dans la mesure où le maître accompagne l’élève exactement comme une famille d’accompagnement, et il réussit de la sorte à assumer cette fonction importante sans qu’il ne soit besoin d’une famille extérieure supplémentaire.

J’ai lu qu’il y aurait un problème avec les conversions du Rav Druckmann

«Les justes purs ne se plaignent pas de l’impiété mais ajoutent de la justice ; ils ne se plaignent pas des renégats mais ajoutent de la foi ; ils ne se plaignent pas de l’ignorance mais ajoutent de la sagesse.» (Tiré des enseignements du Rav Kook).

Le Rav Druckmann, qui préside le projet de la conversion, considère que le peuple d’Israël et les immigrants «de la semence d’Israël» qui veulent se convertir ont une responsabilité importante. Malheureusement, certains ne sont pas d’accord avec la vision étatique du Rav. Il est important d’insister sur le fait que les conversions du Rav Druckman n’ont pas été invalidées. Les conversions sont valables et le resteront dans le futur. Le tribunal rabbinique chargé des conversions à la tête duquel se tient le Rav Druckman est le seul tribunal reconnu en Israël

Est-il vrai qu’on viendra me contrôler chez moi et qu’on me suivra?

C’est faux. Le processus de conversion découle du choix de la personne en voie de conversion. Elle a vécu une évolution personnelle qui l’a amenée à en prendre la décision, et le tribunal s’en imprègne. Ni le tribunal, ni aucun autre facteur, ne mettent en œuvre quelque procédé que ce soit pour suivre l’élève. Il nous importe d’insister sur le fait que nous voyons notre réussite dans la capacité qu’a l’élève de poursuivre sa vie en tant que Juif. Le processus de conversion n’est pas un processus éphémère, mais représente la pierre angulaire du chemin de vie d’un homme qui devient juif.

J’ai commencé un jour, mais j’ai abandonné. Que dois-je faire?

Il est toujours possible de reprendre et de continuer. A notre grand regret, certains se retrouvent dans une situation où ils ont entamé le processus mais ont manqué de persévérance et l’ont interrompu pour une raison ou pour une autre. D’une manière générale, il est important pour nous d’insister sur le fait que nous accordons beaucoup d’importance à la persévérance de l’élève. Un élève qui a commencé dans le passé mais n’a pas terminé, peut obtenir un entretien qui permettra de déterminer le niveau de ses connaissances et de sa progression dans le processus. Chez Ami, studios pour la conversion personnalisée, nous avons des circuits qui conviennent aux candidats qui ont déjà une instruction avancée, et qui n’ont besoin que d’une remise à niveau en vue de la session au tribunal rabbinique. Dans le cas où vos anciennes études vous ont permis d’atteindre un certain niveau, nous établirons pour vous un cursus adapté.

Ma fille a deux ans. Doit-elle se convertir avec moi?

Les enfants qui n’ont pas atteint la majorité religieuse sont convertis sur l’avis de leurs parents. Par conséquent, si la fille ou le fils sont petits, ils se convertiront en même temps que leurs parents, mais ils n’auront pas à suivre de cercle d’étude. Après la session au tribunal rabbinique, les garçons seront circoncis, et l’immersion se fera en même temps que celle du parent. Il convient de signaler que le tribunal doit se laisser convaincre que les parents éduqueront leurs enfants dans le judaïsme. Il faut les inscrire dans des écoles nationales religieuses.

Je n’ai pas la nationalité israélienne. Que dois-je faire?

Le ministère de l’Intérieur ne permet pas à des gens qui n’ont pas la nationalité israélienne de se convertir en Israël. Etudier dans un cadre officiel de conversion représente un délit vis-à-vis des lois de résidence dans le pays pour celui qui n’en est pas citoyen.

Si vous cherchez à vous convertir pour des motifs purement religieux, vous pouvez vous adressez à la commission des dérogations du ministère de l’Intérieur. Afin d’entamer la procédure, vous devez vous adresser à l’émissaire du tribunal rabbinique le plus proche de votre lieu de résidence. Vous pouvez contacter le projet des conversions au 02-5311030.

Contact us

Tel. | 072-2440033

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *